Mémoire à quatre voix

  « La mémoire partagée d’enfants de déportés et de SS »

« Le quator inédit » à l’auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, le 29 novembre 2019. De gauche à droite: Jean-Michel Gaussot, Yvonne Cossu-Alba, Barbara Brix et Ulrich Gantz. A droite, François-René Cristiani, modérateur

Ce quatuor inédit est composé de deux Français, Yvonne Cossu-Alba et Jean-Michel Gaussot, dont les pères résistants, déportés à Neuengamme, ont rendu l’âme dans les derniers jours d’avril 1945 dans les mouroirs de Sandbostel pour l’un, de Wöbbelin pour l’autre, et de deux Allemands,  Barbara Brix et Ulrich Gantz, dont les pères ont occupé des postes importants dans les Einsatzgruppen, ces escadrons de la mort des SS chargés d’éliminer en masse communistes, Juifs et Tsiganes dans les territoires soviétiques occupés par les troupes allemandes à partir de l’été 1941.

Ils se sont rencontrés, en 2014, au Mémorial (Gedenkstätte) du camp de concentration de Neuengamme, lors d’un Forum intitulé « Avenir de la Mémoire », au cours duquel Barbara et Ulrich ont évoqué leur lourd héritage devant un public d’anciens déportés et de descendants de déportés. « C’était très dur pour Ulrich et moi de nous retrouver devant un tel public, raconte Barbara Brix. Nous nous préparions à toute forme de réaction ». Jean-Michel Gaussot était présent et est intervenu pour souligner que, « pas plus que les enfants de résistants ne pouvaient se glorifier des actes héroïques de leurs parents, les enfants de persécuteurs ne devaient se sentir coupables des forfaits commis par les leurs ». Il a ensuite ajouté que « leurs douloureux héritages respectifs, celui des descendants de victimes et celui des descendants de responsables nazis, ne devaient pas les éloigner, mais au contraire les rapprocher dans un combat commun pour la mémoire, la tolérance et le respect des droits humains ».

En 2015, Yvonne Cossu-Alba remplaçait Jean-Michel au Forum et, à son tour, elle a fait la connaissance de Barbara Brix et d’Ulrich Gantz, et noué avec eux des relations de confiance.

Lorsque, en 2016, ils se retrouvent tous les quatre à Neuengamme, à l’occasion du troisième Forum annuel, ces liens se sont encore renforcés, se transformant en une véritable amitié. L’idée de témoignages communs dans des établissements scolaires a alors pris forme. C’est le début d’un parcours de témoignages qui s’étendra progressivement à des publics d’adultes.

Rencontre au Collège saint Exupéry à Perpignan en mars 2017; le Club Radio du Collège. Crédits photographiques © Club radio Collège St. Exupéry

Le vif intérêt suscité par ce dialogue franco-allemand entre enfants de victimes et enfants de persécuteurs nazis a été confirmé tant par les nombreuses questions posées par l’assistance à l’issue des diverses présentations que par le retentissement des interviews données par le quatuor dans la presse écrite comme sur des chaînes locales de télévision, dans les différents pays. (voir liens ci-dessous)

Au-delà des témoignages individuels, c’est avant tout dans les liens d’amitié qui les unissent, en dépit des destins contraires de leurs pères, que réside le message de tolérance et de fraternité qu’ils cherchent à communiquer à leurs auditoires. Jean-Michel Gaussot l’exprime dans Le Patriote Résistant d’octobre 2018 : « « Dans une Europe qui s’éloigne des valeurs de solidarité que nous ont transmises les Résistants et qui semble plus que jamais menacée par la résurgence de la haine sous ses différentes formes – nationaliste, raciste, antisémite-, par les fanatismes de toutes sortes ou par un communautarisme qui fractionne la société et nourrit les antagonismes en son sein, nous cherchons à apporter une très modeste contribution, une toute petite pierre, à la construction d’un avenir de paix et de liberté sur notre continent. »

Janvier 2018 Crédits photographiques: Le Dauphiné Libéré
© LeDL/Greg YETCHMENIZA

Quelques lieux où ont été organisés les témoignages « à 4 voix »  ainsi que des liens permettant de les écouter et de suivre les réactions de la presse.

Mars 2017 : Perpignan, collège St. Exupéry et Lycée Maillol, à l’initiative de professeurs avec l’aide de Barbara Brix.

Mai 2017 : Hambourg, public adulte, soirée organisée par la Gedenkstätte de Neuengamme.

Janvier 2018 : Genève, collège Calvin, puis inauguration de l’exposition « 2ème génération » à l’hôtel Beau Rivage. Organisateur : la CICAD (Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation).

Article paru dans « Le Dauphiné libéré » 

https://www.cicad.ch/sites/default/files/news/pdf/Cicad2-pdf.pdf

Vidéo d’une interview de Barbara Brix et Yvonne Cossu :

https://www.rts.ch/info/regions/geneve/9275981-le-message-d-humanite-d-enfants-de-resistants-et-de-nazis-a-geneve.html

Janvier 2019 : Fribourg (collège St. Michel) et Lausanne (Palais de Rumine, élèves de lycée), organisateur : la CICAD.

Article paru sur le site internet cath.ch : https://www.cath.ch/newsf/qui-etait-mon-pere-le-temoignage-denfants-de-nazis-et-de-resistants/ photo

Résumé en vidéo de la semaine du 14 au 18 janvier 2019

Brochure CICAD 2019 :

https://cicad.ch/sites/default/files/basic_page/pdf/Programme_2019_DE_Planches_web.pdf

Le « quatuor inédit » à Fribourg le 14 janvier 2019 Crédits photographiques:
 © Chloe Lambert (La Gruyère)

Avril 2019 : Lyon, Hôtel de Ville. Organisateur : Mémorial national de la prison de Montluc.

Novembre 2019 : Paris, Lycée Notre-Dame de Bury à Margency (95), organisateur : Jean-Claude Roumilhac, fils de déporté-otage à Neuengamme.

Auditorium de l’Hôtel de Ville de Paris, public adulte. Organisateur : Amicale française de Neuengamme avec le soutien de la Ville de Paris. photo

Janvier 2020 : Genève, Collège Emile Gourd, puis Uni-Mail (Université de Genève), soirée organisée par la CICAD en partenariat avec l’Office des Nations Unies à Genève, avec le soutien de la Confédération Suisse et de la Mission permanente de la France.

Article paru dans le journal « Jet d’encre » :

https://www.jetdencre.ch/enfants-de-nazis-ou-de-resistants-deportes-quand-la-deuxieme-generation-temoigne

Interview télévisée de Barbara Brix et Jean-Michel Gaussot sur la chaîne Léman bleu : http://www.lemanbleu.ch/replay/video.html?VideoID=40451

Mars 2020 : Barcelone, école SIL (élèves de second cycle), puis Université Ramon Llull (étudiants et adultes). Organisateurs : deux fondations militant pour la paix et la justice, la Fondation Pere Tarrés, animée notamment par la professeure Esther Giménez-Salinas, et la Fondation Lettre pour la paix adressée à l’ONU (Fundación Carta de la Paz dirigida a la ONU ), dirigée par Jordi Palou-Loverdos.    photo

Article paru sur le site https://www.cope.es/actualidad/cultura/noticias/dialogo-entre-victimas-verdugos-del-nazismo-como-receta-frente-olvido-20200304_637620

Interview télévisée de Barbara Brix et Jean-Michel Gaussot à la télévision publique de Catalogne, TV3 : https://www.ccma.cat/tv3/alacarta/els-matins/victimes-de-lholocaust-alerten-del-resorgiment-de-la-ideologia-de-lodi-a-europa/video/6033348/

« Les 4 voix » à l’Université de Barcelone, au mois de mars 2020
© Daniel Fernandez Fuentes

Ces extraits ont été choisis, parfois difficilement car chacun est à lui seul un témoignage,  par Yvonne Cossu et Jean-Michel Gaussot avec l’accord de Barbara Brix et Ulrich Gantz parmi de nombreux autres avec le seul souci de montrer la diversité des lieux et des publics touchés par ce  » quatuor inédit » de la 2éme génération, « 4 voix » unies dans le même message de tolérance.

Merci à eux 4 pour ce texte reproduit avec leur accord et l’envoi des photos et crédits photographiques

Viviane Boussier Pte CRMD